Grèce

S.E. M. Stavros Lambrinidis, Ministre des affaires étrangères

23 septembre 2011 (66e session)

Greece
Statement Summary: 

M. STAVROS LAMBRINIDIS, Ministre des affaires étrangères de la Grèce, a d’emblée affirmé que l’ONU va dans le sens où les États Membres la guide.  « Nous sommes la force qui la pousse vers ses réalisations, nous sommes la raison qui justifie ses échecs, et quand nous sommes d’accord sur un sujet, l’humanité devient plus forte », a-t-il indiqué.  Il a ensuite évoqué des enjeux majeurs de la coopération internationale, comme les changements climatiques, la désertification, les maladies non transmissibles qui freinent les efforts de développement, et les migrations illégales qui créent des problèmes à de nombreux pays tels que la Grèce.  Soulignant que les Nations Unies et le Conseil des droits de l’homme ont apporté une contribution louable au sujet des droits de l’homme, il a déclaré que la Grèce est candidate pour siéger au sein du Conseil des droits de l’homme l’année prochaine, et en a appelé au soutien des États Membres.  Le Ministre a souligné que son pays a lancé, il y a deux ans, l’« Agenda 2014 » qui a pour but d’appuyer les aspirations des pays voisins à entrer dans l’Union européenne.

M. Lambrinidis a ensuite parlé de la consolidation de la paix dans les Balkans, en estimant que le Kosovo apparaissait comme un obstacle du fait de tensions qui ont été visibles dans la région au cours des derniers mois.  Il a aussi regretté que le nom de l’ex-République yougoslave de Macédoine soit un objet de litige.  Selon ses explications, ce nom renvoi à un ensemble géographique qui va bien au-delà des frontières de cet État.  Il a ainsi regretté une tentative de modification d’une réalité historique et géographique différente.  Au sujet du printemps arabe, le Ministre a souligné que son pays a participé à des évacuations de milliers de personnes dans les pays touchés et a mis en place des structures d’accueil en Crête pour permettre de gérer la situation humanitaire en Libye.  Concernant la question palestinienne, il a affirmé que la Palestine a le droit d’exister comme État indépendant au même titre qu’Israël.  Souhaitant que les actions de déstabilisation menées par la Turquie à Chypre cessent, il a réaffirmé la volonté de la Grèce à trouver une solution pacifique et diplomatique au problème de délimitation de la frontière commune partagée avec la Turquie.  Il a également soutenu les pourparlers de paix menés sous les bons offices des Nations Unies afin de permettre une réunification de Chypre.  Évoquant la situation économique de la Grèce, M. Lambrinidis a indiqué que son gouvernement investit dans les domaines tels que l’énergie verte, le tourisme, l’agriculture et les infrastructures de haute technologie afin de renouer avec la croissance. 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Nikos Kotzias
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Evangelos Venizelos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Evangelos Venizelos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dimitris L. Avramopoulos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dimitris Droutsas
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Anastassis Mitsialis
    Président de la délégation