Géorgie

S.E. M. Mikheil Saakashvili, Président

22 septembre 2011 (66e session)

Georgia
Statement Summary: 

M. MIKHAIL SAAKASHVILI, Président de la Géorgie, a rappelé que l’on commémorait cette année le vingtième anniversaire de la fin du totalitarisme ainsi que le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre.  « Le Printemps du monde arabe nous indique que l’histoire se poursuit et qu’il n’y a pas de choc de civilisation », a lancé le Président.  Il a ensuite affirmé que la « tyrannie soviétique » continuait d’avoir des effets aujourd’hui, ajoutant qu’il n’y avait pas de complots dans les petites nations pour saper le pouvoir des plus grandes.  Un gouvernement, aussi fort qu’il soit, ne peut pas unilatéralement démembrer une nation, a-t-il dit.

M. Saakashvili a ensuite accusé la Fédération de Russie d’occuper 20% du territoire géorgien, pour s’inquiéter ensuite du sort des nombreuses personnes déplacées suite au différend.  Ces personnes ne peuvent pas rentrer chez elles car, à Moscou, un dirigeant étranger a décidé que leurs maisons n’étaient plus les leurs, s’est indigné le Chef de l’État.  Il a indiqué que la Géorgie avait renoncé, il y a un an, à recourir à la force pour retrouver son intégrité territoriale, puis il a dénoncé l’inaction de la Russie en la matière.  Il a évoqué le « trou noir » du Caucase du Nord pour souligner que la Géorgie répondait à cette « brutalité » en ouvrant ses frontières et en établissant des passerelles entre les nations, et que face aux actions militaires, elle lançait des programmes pour les enfants.

Le Président de la Géorgie a ensuite affirmé que la coopération internationale dans la lutte contre Al-Qaida demeurait essentielle.  Le terrorisme, a-t-il affirmé, ne sera pas vaincu par des moyens militaires, mais en instaurant la liberté, la démocratie et la prospérité.  Après avoir évoqué l’histoire récente de la Géorgie, il a estimé que les révolutions se faisaient non pas suite à des manifestations dans la rue, mais après un long processus de réforme.  Le succès des révolutions du monde arabe dépendra de ce qui se produira une fois que les journalistes de CNN et d’Al-Jazeera seront partis, a-t-il assuré.

M. Sakaashvili s’est ensuite félicité des progrès réalisés par son pays dans le domaine de la transparence, et que la Géorgie soit, selon la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), un des pays ayant le mieux réussi dans la région.  Pour le Président, il importe de s’interroger sur la meilleure façon d’agir suite à la chute des dictatures.  C’est un peu comme Wikipedia, un projet auquel chacun peut apporter sa contribution, a-t-il dit, pour appeler ensuite les États Membres à y apporter les leurs.


Source

Déclaration

Sessions précédentes