Danemark

S.E. M. Carsten Staur, Représentant permanent auprès de l’ONU

27 septembre 2011 (66e session)

Denmark
Statement Summary: 

M. CARSTEN STAUR (Danemark) a relevé la rapidité avec laquelle pouvaient évoluer les crises à travers le monde, comme cela a été le cas à la suite de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire.  De la Tunisie à l’Égypte, de la Libye à la Syrie, de Bahreïn au Yémen, et au delà, les peuples, a souligné le délégué, demandent leurs droits et libertés et se lèvent pour leurs aspirations et valeurs.  La communauté internationale, sous la direction des Nations Unies, a la responsabilité morale de soutenir ces aspirations historiques, a-t-il soutenu.  Le Danemark, a-t-il poursuivi, est fier d’avoir appuyé les aspirations légitimes du peuple libyen et d’avoir contribué à la protection des civils dans ce pays.

Il a par ailleurs estimé que la seule réponse crédible aux demandes légitimes des peuples du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord était la mise en place de réformes économiques et politiques durables.  Malheureusement, certains pays comme la Syrie continuent d’ignorer leurs responsabilités et obligations en tant que membres de la communauté internationale.  « Il est plus que temps de respecter le droit de manifestation pacifique et les demandes légitimes des populations », a insisté le représentant.  Pour accroître la pression sur le régime syrien, il faut adopter des sanctions contre celui-ci, a-t-il dit. 

Le représentant s’est ensuite appesanti sur la situation en Afghanistan, en faisant le vœu de voir ce pays franchir une nouvelle étape dans le cadre du processus de transition prévu pour 2014, lors de la prochaine Conférence de Bonn, en Allemagne.  À son niveau, l’ONU devrait, elle, s’atteler à un réexamen profond de ses activités dans le pays afin de maximiser ses contributions à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. 

Aujourd’hui, l’Afrique subsaharienne est confrontée à diverses difficultés limitant ses capacités à atteindre la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement à la date butoir de 2015, a averti le représentant.  S’il est vrai que l’appropriation nationale et la claire affirmation des engagements politiques demeurent les clefs pour un succès en ce domaine, il l’est tout autant que la coopération de développement constitue un atout pour dynamiser les efforts des pays les plus pauvres.  À ce propos, le Danemark demeure actuellement l’un des cinq rares pays à avoir rempli l’obligation d’allouer0,7% duproduit national brut à l’aide au développement.

Pour le Danemark, a encore dit M. Staur, la Conférence à venir de « Rio+20 » constitue une unique opportunité pour faire de la question du développement durable l’une des priorités de l’ordre du jour international.  Dans un monde en proie à la raréfaction des ressources, à la pauvreté et aux changements climatiques, la transition vers l’économie verte est aujourd’hui une nécessité, a-t-il défendu.  Avant de conclure, il a appelé à une reprise des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens, selon un calendrier spécifique, en vue de parvenir à une paix durable et mettre fin au conflit, en se basant sur la solution de deux États vivant côte à côte, dans la paix et la sécurité.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. Mme Ulla Tørnæs
    Ministre de la Coopération pour le développement
  • S.E. Mme Ulla Tørnæs
    Ministre de la Coopération pour le développement
  • S.E. M. Ib Petersen
    Représentant permanent
  • S.E. M. Lars Løkke Rasmussen
    Premier Ministre
  • S.E. Mme Helle Thorning-Schmidt
    Premier Ministre
  • S.E. M. Ib Petersen
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. Carsten Staur
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. Carsten Staur
    Représentant permanent
  • S.E. M. Carsten Staur
    Président de la délégation