Colombie

S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón, Président

21 septembre 2011 (66e session)

S.E. M.Juan Manuel Santos Calderón

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. JUAN MANUEL SANTOS CALDERÓN, Président de la Colombie, a affirmé que les transformations politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient entraînaient certes la démocratie et l’état de droit, mais peuvent être aussi un facteur de stabilité mondiale.  « Notre devoir est d’accompagner ces pays dans leur quête de démocratie et de liberté », a-t-il ajouté.  Le Président colombien a mis l’accent sur la nécessité d’utiliser la médiation dans les conflits avec détermination et conviction.  La Colombie l’a fait, a-t-il dit, avec le Venezuela et l’Équateur, sur la base du dialogue direct et du respect mutuel.  M. Santos Calderón a également mis l’accent sur la nécessité de trouver une solution au conflit au Moyen-Orient.  En Haïti, les Haïtiens doivent s’approprier leurs problèmes et les solutions à ces problèmes, et doivent être accompagnés par la communauté internationale en vue d’assurer leur développement économique et social.  La Colombie s’attache également à prendre des mesures en vue d’atténuer les effets des changements climatiques et de s’y adapter, a-t-il également dit, soulignant de même l’importance de la prochaine Conférence de Rio.

Le Chef de l’État colombien s’est par ailleurs attardé sur le conflit qui a touché son pays et de la dette morale due aux victimes.  La justice, la vérité et la réparation n’ont pas besoin d’attendre, a-t-il déclaré.  Il est nécessaire, a insisté M. Santos Calderón, de répartir plus équitablement les ressources provenant du pétrole et des extractions minières afin d’en faire bénéficier les populations locales concernées qui en ont le plus besoin.  S’agissant de la lutte contre les stupéfiants, le Président a fait remarquer que la Colombie avait remporté de grands succès, mais que de grands défis subsistaient.  Les stupéfiants et le terrorisme menacent les démocraties et l’état de droit, a-t-il affirmé.  La Colombie poursuit sa lutte contre ce fléau, car, a-t-il dit, il s’agit d’un problème de sécurité nationale.  M. Santos Calderón a mis l’accent sur la coopération dans cette lutte contre un fléau qui touche sans discrimination tous les États.  Avant de conclure, le Président colombien a lancé un appel pour que la communauté internationale puisse continuer à utiliser efficacement les moyens pacifiques dont elle dispose pour que les crises d’aujourd’hui deviennent des opportunités en vue d’un avenir meilleur. 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel SANTOS CALDERÓN
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Álvaro Uribe Vélez
    Président