Trinité-et-Tobago

S.E. M. Patrick Manning, Premier Ministre

26 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. PATRICK MANNING, Premier Ministre de Trinité-et-Tobago, a dénoncé les conséquences que les grandes crises font peser sur les petits pays, alors qu’ils n’en sont pas à l’origine.  « Nous, petits États insulaires en développement, avons toujours été les plus vulnérables et les plus affectés par les crises », a-t-il déclaré.  Dans l’hémisphère Sud, a-t-il remarqué, les taux de pauvreté et de chômage ont augmenté.  Combien de temps encore, cette vulnérabilité va-t-elle pouvoir continuer, a-t-il demandé.  La croyance du monde dans une économie de marché totalement non réglementé est révolue.  « Nous devons plutôt saisir l’occasion qu’offre cette crise pour réformer notre système économique », a-t-il plaidé.  Le Premier Ministre a estimé qu’il faudrait prendre en compte les voix exprimées par les différentes régions du monde dans les décisions qui aussi concernent le reste de l’humanité, a-t-il insisté.

S’exprimant au nom des pays de la CARICOM, le Premier Ministre de Trinité-et-Tobago a demandé que l’accès aux crédits, notamment auprès de la Banque mondiale, et à l’aide internationale soient facilités.  L’Assemblée générale doit s’assurer que la situation des pays à revenus moyens soit prise en considération.  Compte tenu de leur vulnérabilité, les besoins de ces pays ne doivent pas être sous-estimés pour l’accès aux financements internationaux.  Concernant la situation en Haïti, il s’est félicité de l’intérêt porté par la communauté internationale et des initiatives de l’ONU en vue de promouvoir la paix et la sécurité dans le pays.  Trinité-et-Tobago, a-t-il dit, a proposé l’établissement d’un fonds de développement dans la région.  Cette proposition, a-t-il indiqué, sera présentée au cours de la présente session de l’Assemblée générale en vue de son adoption.

La criminalité transnationale organisée est un des plus grands défis pour la communauté internationale, a-t-il lancé.  La région des Caraïbes est notamment touchée par le commerce illégal de la drogue et des armes en direction de l’Amérique du Nord et de l’Europe.  C’est pourquoi, les pays de la région se sont investis dans la lutte contre ce fléau, mais ils ont besoin d’un soutien financier pour combattre cette menace.  Sur les changements climatiques, le Premier Ministre a appelé l’Assemblée générale à promouvoir des formules plus significatives pour la réduction des gaz à effet de serre.  Le Premier Ministre a rejeté la technique actuelle pour déterminer le taux des gaz à effet de serre.  « Nous n’acceptons pas le barème établi par habitant.  C’est un calcul injuste pour les petits États insulaires en développement. »  La méthode reposant sur l’émission absolue est plus juste, a-t-il estimé, en proposant que la Conférence de Copenhague examine cette question.  S’agissant de la réforme du Conseil de sécurité, il a souhaité que cet organe soit plus représentatif des changements géopolitiques depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dennis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre
  • S.E. Mme Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Dookeran
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Surujrattan Rambachan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre