Roumanie

S.E. M. Cristian Diaconescu, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. CRISTIAN DIACONESCU, Ministre des affaires étrangères de la Roumanie, a jugé important de relever que l’Europe centrale et orientale fêtaient cette année les 20 ans de l’Automne du changement qui a remodelé le continent européen et ouvert la voie à une chance historique pour l’ancien bloc de l’Est.  Deux décennies après la chute du rideau de fer, nous reconnaissons maintenant que la puissance de changement de la démocratie représente une des valeurs européennes les plus efficaces, a-t-il ajouté, en précisant que cet exemple représentait un espoir pour des millions de gens à travers le monde, qui défendent aujourd’hui la liberté d’expression, le multipartisme, le respect de la diversité et la liberté de la presse.  À présent, nous devons faire face aux épreuves les plus importantes que l’humanité a jamais connues, a-t-il encore dit, en estimant que l’impact négatif des changements climatiques ne faisait qu’être renforcé par la crise financière et économique mondiale, la crise alimentaire, les prix énergétiques et les pandémies.

Il a mis l’accent sur les dangers des changements climatiques sur l’existence de l’humanité.  Il a présenté les principes sous-jacents de l’approche de la Roumanie sur ce thème en mettant l’accent sur la nécessité de mieux protéger et respecter la nature.  Tout ce que nous faisons et toute décision que nous prenons a une incidence sur les autres, a–t-il rappelé.  Il a salué les efforts du Secrétaire général pour mobiliser la communauté internationale, en prévision de Copenhague.  Il faut unir nos efforts pour que les instruments financiers internationaux soient réformés et que la croissance économique mondiale reprenne, a-t-il encore dit.  Il faut décourager le protectionnisme et assurer une issue heureuse aux négociations commerciales de Doha, a-t-il encore insisté. 

Illustrant la contribution de la Roumanie à un système des Nations Unies plus concret, il a cité la création à Timisoara d’un centre de transit d’urgence pour réfugiés, fruit d’une collaboration de son pays avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).  Il a également mentionné la signature à New York d’un mémorandum d’accord entre le Gouvernement roumain et l’ONU pour la formation des agents de sécurité de l’ONU à la protection rapprochée. 

Il a insisté sur quatre éléments essentiels à considérer pour une approche multilatérale plus forte, afin de garantir un système plus durable.  Le premier consiste en une gestion de la crise économique actuelle, afin d’assurer les objectifs de développement et de croissance durables.  Le deuxième consiste à se concentrer sur les liens entre les changements climatiques, la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé, l’énergie, la migration et les insuffisances démocratiques dans certaines parties du monde, tout en assurant la paix et la sécurité internationales.  Enfin, le troisième consiste en la consolidation du droit international et le quatrième au renforcement des institutions internationales.  En outre, le Ministre a estimé que les solutions aux défis du XXIe siècle passent par une utilisation plus efficace des mécanismes régionaux comme l’Union africaine, l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ANASE), le Conseil de coopération du Golfe, l’UNASUR, l’OSCE et l’OTAN ainsi que toutes les organisations qui ont pour vocation l’intégration régionale.  Il a également précisé que la Roumanie investissait beaucoup dans la stabilité et la sécurité du monde, en mettant par exemple 1 500 militaires à la disposition des Missions des Nations Unies au Kosovo, en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Soudan.

Le Ministre a conclu en réitérant l’engagement de la Roumanie de lutter contre l’extrémisme, la xénophobie et toute forme de racisme et de discrimination.  Il a précisé que son pays était un promoteur actif de la diversité et du multiculturalisme ainsi que du dialogue interculturel et interreligieux, dans le cadre du Mouvement de la francophonie et de l’Alliance des civilisations.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Klaus Werner Iohannis
    Président
  • S.E. M. Klaus Werner Iohannis
    Président
  • S.E. M. Dacian Julien Cioloș
    Premier Ministre
  • S.E. M. Klaus Werner Iohannis
    Président
  • S.E. M. Victor-Viorel PONTA
    Premier Ministre
  • S.E. M. Titus Corlătean
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Titus Corlatean
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Romulus Doru Costea
    Secrétaire aux Affaires étrangères
  • S.E. M. Emil Boc
    Premier Ministre