République populaire démocratique de Corée

S.E. M. Pak Kil Yon, Vice-Ministre des affaires étrangères

28 septembre 2009 (64e session)

Democratic People’s Republic of Korea
Statement Summary: 

M. PAK KIL YON, Vice-Ministre des affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a affirmé que son pays demeure une terre d’armistice et maintenant qu’il possède une force nucléaire dissuasive, il peut réellement prévenir les conflits et défendre la paix.  LA RPDC n’a jamais nié la nécessité de la dénucléarisation de la péninsule coréenne et du reste du monde.  Elle a fait tout ce qu’elle a pu pour obtenir la réunification pacifique de la péninsule, écarter la menace nucléaire et assurer la paix et la stabilité. 

Le pays a initié la dénucléarisation de l’Asie du Nord-Est et de la péninsule et promu la proposition de remplacer l’Accord d’armistice par un accord de paix, et d’adopter un traité de non-agression avec les États-Unis, a fait observer le Vice-Ministre.  Toutefois, nos efforts n’ont pas reçu la réponse souhaitée de la part des États-Unis, qui considèrent la question coréenne sous l’angle unique de sa stratégie asiatique, en refusant de voir la péninsule coréenne entièrement dénucléarisée.  Le caractère arbitraire de la position des États-Unis est reflété dans son opposition au lancement d’un satellite pacifique, a soutenu M. Yon, pour qui le Conseil de sécurité est devenu l’otage de ce point de vue. 

Le Vice-Ministre a stigmatisé les sanctions imposées à son pays sous prétexte qu’il possède une force nucléaire dissuasive, alors que tous les membres permanents du Conseil sont des États nucléaires.  « Nous n’accepterons jamais des sanctions injustes et inéquitables », a prévenu M. Yon, expliquant que son gouvernement réagirait au dialogue par le dialogue et répondrait aux sanctions par le renforcement de ses capacités nucléaires dissuasives.  Si les États-Unis engagent un « dialogue » avec des sanctions, nous y participerons par un renforcement de nos capacités nucléaires dissuasives, a-t-il insisté.

Le Vice-Ministre a en outre vanté les mérites de Kim Jong-Il qui a fait entrer dans une nouvelle phase les relations nord-sud dans la péninsule coréenne.  Il a assuré que son gouvernement continuerait d’œuvrer à la réconciliation et à l’unité « du pays » et réaliserait sa réunification « indépendante et pacifique », sous la bannière « par notre nation elle-même ». 

Évoquant la réforme du Conseil de sécurité, il a dénoncé la composition actuelle de cet organe et affirmé que l’Assemblée générale était la seule enceinte où les voix de la communauté internationale sont correctement reflétées et où la démocratie est garantie.  Il a donc voulu la démocratisation du Conseil de sécurité et un renforcement décisif de l’Assemblée générale.  En la matière, il a proposé de soumettre à l’Assemblée toutes les décisions du Conseil touchant le principe d’égalité souveraine entre États.

Toute tendance à voir un problème dans les systèmes de certains pays et de s’ingérer dans leurs affaires intérieures, sous prétexte de protéger les droits de l’homme, constitue en soi une violation des droits de l’homme consistant à nier aux peuples le droit de choisir leur propre système, a estimé le Vice-Ministre.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Ri Yong Ho
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ri Yong Ho
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ri Yong Ho
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ri Su Yong
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ri Su Yong
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Pak Kil Yon
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Pak Kil Yon
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Pak Kil Yon
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Pak Kil Yon
    Vice-Ministre des affaires étrangères