Pays-Bas

S.E. M. Jan Peter Balkenende, Premier Ministre

26 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. JAN PETER BALKENENDE, Premier Ministre des Pays-Bas, a déclaré que la crise que connaît actuellement le monde exigeait de chacun le courage de placer les valeurs communes au-dessus des intérêts limités.  Il nous faut faire preuve de détermination pour adapter les structures de gouvernance mondiale à cette nouvelle réalité, et de courage pour prendre des décisions capitales qui prennent en compte les intérêts de tous.  Une ONU puissante, décisive et efficace est essentielle pour mener à bien ce processus, a-t-il affirmé, pour se féliciter ensuite de la conclusion, à Pittsburgh lors du Sommet du G-20, d’un accord sur la création d’un cadre pour garantir une croissance forte, durable et équilibrée.  Il a également estimé que l’Accord de Pittsburgh sur les systèmes de compensation devrait aider à mettre un terme à une « culture des bonus » qui, selon lui, était devenue incontrôlable.

Après avoir signalé que la réforme institutionnelle ne devrait pas freiner le secteur financier et économique, M. Balkenende a affirmé que la crise actuelle ne devrait pas occulter les autres graves problèmes que connaît la planète, notamment les changements climatiques et les crises alimentaire et énergétique.  Il a également évoqué la paix et la sécurité, ainsi que la pauvreté et les droits de l’homme.  « Nous devons honorer les engagements pris, notamment en ce qui concerne les OMD, a-t-il déclaré.  « Nous sommes préoccupés par l’aggravation de la situation des droits de l’homme en Iran et par la réaction violente face aux manifestations populaires », a poursuivi le Premier Ministre des Pays-Bas, qui a également estimé que la question nucléaire iranienne présentait un « défi majeur » à la paix et à la sécurité internationales.  Les récentes révélations au sujet d’une centrale nucléaire tenue secrète jusqu’à une date récente exigent une ferme réaction de la part de la communauté internationale et la pleine transparence de la part de l’Iran, a-t-il dit.

M. Balkenende s’est ensuite attardé sur les effets de la crise sur le développement.  Si la crise est grave dans les pays riches, dans les pays pauvres c’est une question de vie ou de mort, a-t-il fait remarquer.  C’est pourquoi, il a appelé les pays donateurs à honorer leurs engagements à consacrer 0,7% de leur produit intérieur brut (PIB) pour financer l’aide au développement, tout en encourageant les pays récipiendaires à utiliser ce fonds aussi efficacement que possible.  La solidarité internationale concerne également le secteur privé, a-t-il ajouté, en insistant sur l’importance de la responsabilité sociale des entreprises.

« À Copenhague, nous devons conclure un accord ambitieux, juste et détaillé », a souligné M. Balkenende.  Il a annoncé que les Pays-Bas s’engageaient à réduire de moitié les émissions de dioxyde de carbone d’ici à 2050, et ce, par rapport au niveau de 1990.  « Nous devons être justes envers les pays en développement, et chaque État doit jouer son rôle, mais ceux qui ont besoin d’aide pour mettre en place des politiques d’adaptation doivent pourvoir la recevoir », a-t-il insisté.  Il a annoncé que les Pays-Bas avaient alloué 500 000 euros à la promotion de l’énergie durable dans les pays en développement.  « Nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer à Copenhague », a-t-il dit avant de conclure.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Mark Rutte
    Premier Ministre
  • S.E. M. Mark Rutte
    Premier Ministre
  • S.E. M. Albert Koenders
    Ministre des affaires étrangères
  • S.M. M. Willem-Alexander
    Roi
  • S.E. M. Mark RUTTE
    Premier Ministre
  • S.E. M. Franciscus Cornelis Gerardus Maria Timmermans
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Uri Rosenthal
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Uri Rosenthal
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Jan Peter Balkenende
    Premier Ministre