Mongolie

S.E. M. Elbegdorj Tsakhia, Président

25 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. ELBEGDORJ TSAKHIA, Président de la Mongolie, a souhaité que la présente session de l’Assemblée générale soit en mesure de relever les nombreux défis actuels, tous aussi implacables, mais pour lesquels existe la solution de la relance du multilatéralisme.  Il s’est félicité de la ferme direction qu’imprime le Secrétaire général pour transformer les Nations Unies en centre d’un nouveau multilatéralisme.  À Copenhague, il faut aboutir à un accord et celui-ci est à portée de main, a-t-il dit.  En tant que pays touché dans sa chair par les effets des changements climatiques, il a proposé la tenue d’un sommet du Nord-Est asiatique sur cette problématique.  Il est devenu évident, a-t-il souligné, que les effets étendus des changements climatiques ont déjà eu lieu dans cette partie de la sous-région.  Il est nécessaire d’agir d’urgence et de poursuivre l’engagement actif de tous les pays, a-t-il ajouté.
Citant des chiffres récents de la Banque mondiale, il s’est dit encouragé du fait que les pays vulnérables, y compris ceux en développement sans littoral, doivent être soutenus, ce qui a été appuyé par les pays du G-20 en particulier.  L’absence d’accès territorial à la mer et les coûts élevés de transport sont autant de défis pour ce groupe de pays, a-t-il affirmé.  La marginalisation inadéquate du monde en développement exige une refonte de la structure mondiale.  Il a invité à une réforme du multilatéralisme, et a souhaité qu’à la présente session, l’Assemblée générale fasse un autre pas en demandant d’accroître le nombre des pays en développement au sein des membres non permanents du Conseil de sécurité.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes