Grèce

S.E. M. Anastassis Mitsialis, Président de la délégation

29 septembre 2009 (64e session)

Greece
Statement Summary: 

M. ANASTASSIS MITSIALIS (Grèce) a indiqué que son pays avait le privilège d’être à la tête de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), une des organisations de sécurité régionale les plus importantes du monde.  Il a indiqué que le processus de prise de décisions basé sur le consensus qui s’impose aux 56 membres de l’OSCE était la preuve de la puissance du multilatéralisme.  S’inquiétant de l’impact socioéconomique des changements climatiques sur l’économie mondiale, il a estimé que le moment était venu d’unir les efforts mondiaux pour lutter contre ce fléau, dans le respect du principe de responsabilité commune mais différenciée.  Il a dit que Copenhague sera l’occasion de vérifier la force de « notre ambition collective » de parvenir à un accord inclusif.  Soulignant les efforts de la Grèce en matière d’adaptation et d’atténuation, il a indiqué que son pays accordera 21 millions d’euros, d’ici à la fin 2011, aux efforts d’adaptation des pays les plus vulnérables.  

Citant l’impact de la crise économique mondiale, des changements climatiques et du fossé Nord-Sud sur les migrations, il a rappelé que 192 millions de personnes ont été poussées à quitter leur terre natale et que près d’un million de personnes avaient été arrêtées depuis 2000, en essayant de passer de la Turquie à la Grèce, à la recherche d’une vie meilleure.  Il a rappelé que la Grèce accueillera un Forum mondial sur les migrations internationales et le développement du 2 au 5 novembre 2009, dans le souci de parvenir à des propositions concrètes pour décourager la migration illégale, en multipliant les chances de développement dans les pays d’origine.  Il a rappelé que la Grèce était candidate à un siège au Conseil des droits de l’homme pour la période 2012/2015.  Il a souligné l’importance du Processus de Corfou qui traduit la volonté de parvenir à un système de sécurité européen redéfini.  Il a souligné la contribution importante, à cet égard, de la réunion ministérielle d’Athènes, en décembre dernier.  Saluant l’importance de la récente résolution 1887 du Conseil de sécurité sur le désarmement nucléaire, il a estimé important d’obtenir de nouvelles ratifications du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN) et d’avancer sur la rédaction d’un traité sur l’arrêt de la production des matières fissiles. 

Il a déclaré que la région de l’Europe du Sud-Est et de l’est de la Méditerranée était au cœur de la politique étrangère grecque.  Il a estimé que cette région était vitale en termes de perspectives géopolitique et géostratégique.  Il a exprimé la volonté de la Grèce de travailler avec tous les pays de cette région pour y promouvoir la paix et la stabilité ainsi que la démocratie et des économies robustes, dans l’intérêt de la qualité de vie des citoyens.  Il a présenté une vision grecque s’appuyant sur quatre piliers: l’établissement de bonnes relations de voisinage; la pleine intégration de tous les pays d’Europe du Sud-Est au sein des structures européennes et euroatlantiques; la promotion d’une coopération régionale dans le domaine des infrastructures, de l’économie et du commerce ainsi que le renforcement des liens et des interactions culturelles au niveau des sociétés civiles. 

Regrettant la persistance de certains différends, le représentant a évoqué le différend de 15 ans sur la dénomination de l’ex-République yougoslave de Macédoine voisine.  Il a rappelé que la Grèce a accepté l’utilisation du terme « Macédoine » assorti d’un qualificatif géographique reflétant la réalité.  Il a rappelé que seule une partie de la grande région géographique de Macédoine faisait partie du pays voisin.  Comment ce pays peut-il prétendre à un droit exclusif sur ce nom, a-t-il demandé, en regrettant que les dirigeants de Skopje fassent preuve d’une politique et d’une rhétorique « anachroniques et contraires aux principes et aux relations de bon voisinage ».  Il a dit la volonté de la Grèce de parvenir à une solution qui respectera la dignité des deux pays et des deux peuples.  

S’agissant de la situation de Chypre, il s’est félicité que, grâce aux efforts du Président Christofias, un nouveau cycle de pourparlers avait commencé sous les auspices de l’ONU.  La Grèce est en faveur d’un règlement juste, durable et définitif sur la base des résolutions de l’ONU et compatible avec le cadre institutionnel, les principes et les valeurs de l’Union européenne, qui conduirait à la réunification de l’île.  Les deux communautés devraient pouvoir décider de leur avenir sans pression extérieure, a-t-il dit, en estimant que les calendriers artificiels, les échéances strictes ou les menaces permanentes d’une division n’ont pas leur place dans la recherche d’une solution durable et ne font que jeter le doute sur les véritables intentions de ceux qui les défendent.  La situation actuelle à Chypre est « inacceptable », a souligné le représentant, en accusant les forces turques de continuer à occuper une partie du territoire d’un État membre de l’Union européenne.  C’est la Turquie, a-t-il ajouté, qui détient la clef de la solution et qui sait qu’une telle solution accélèrerait son processus d’intégration à l’Union européenne.  Le représentant a invité la Turquie à mener toutes les réformes nécessaires et à répondre à toutes les conditions fixées pour son adhésion à l’Union européenne, en assurant que la Grèce appuierait alors cette adhésion. 
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Nikos Kotzias
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Alexis Tsipras
    Premier Ministre
  • S.E. M. Evangelos Venizelos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Evangelos Venizelos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dimitris L. Avramopoulos
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Stavros Lambrinidis
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dimitris Droutsas
    Ministre des affaires étrangères