Fédération de Russie

S.E. M. Dmitry Medvedev, Président

23 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. DMITRI MEDVEDEV, Président de la Fédération de Russie, a déclaré que cette session de l’Assemblée générale se déroulait à un moment crucial, alors que sévit une crise économique aggravée par les menaces que rencontre le monde en développement, à savoir les conflits locaux et régionaux, le terrorisme et la criminalité transfrontalière, l’insécurité alimentaire et les changements climatiques. 

Un besoin de leadership collectif se fait plus que jamais ressentir, a-t-il estimé, comme en témoigne, selon lui, le rôle prépondérant du G-8 et du G-20, ainsi que par d’autres fora de médiation et de négociations.  La Fédération de Russie, pour sa part, continuera de renforcer les mécanismes d’interaction régionaux avec ses partenaires de la Communauté des États indépendants, de l’Organisation de Shanghai pour la coopération et du BRIC (composé du Brésil, de la Fédération de Russie, de l’Inde et de la Chine).

Le Président russe a ensuite affirmé que certains problèmes ne pouvaient être résolus sans les Nations Unies ou en dehors de cette Organisation.  Le premier est le déséquilibre qui prévaut au sein des mécanismes de gouvernance économique mondiale et l’inégalité des « règles du jeu ».  Nous devons unir nos efforts pour établir un modèle financier et économique capable de permettre à chacun de se prémunir des crises qui éclatent aujourd’hui. 

En outre, l’assistance des donateurs aux pays en développement ne peut être remise à plus tard, a poursuivi M. Medvedev, qui a également encouragé la recherche de solutions aux problèmes posés par la crise énergétique.  La Fédération de Russie considère aussi comme important que les Nations Unies s’adaptent aux nouvelles réalités mondiales tout en préservant leur nature multilatérale.

Évoquant le processus de désarmement, le Président a affirmé qu’il fallait l’accélérer sous les auspices des Nations Unies, se félicitant des récentes tendances positives observées en ce domaine.  Il a signalé l’initiative sino-russe concernant un traité contre le lancement d’armes dans l’espace extra-atmosphérique, ainsi que la proposition d’universaliser le Traité russo-américain sur l’élimination des missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée. 

La Fédération de Russie, a assuré M. Medvedev, continuera de s’engager sur la voie d’une réduction vérifiable et irréversible de son armement nucléaire, un élément essentiel du nouveau départ de ses relations avec les États-Unis.  Le Président Obama et moi-même, a-t-il dit, avons signé un document à Moscou au mois de juin dernier et un mandat pour des négociations supplémentaires a été convenu en vue d’élaborer un traité juridiquement contraignant pour remplacer celui concernant la limitation des armes stratégiques offensives, qui expire en décembre.

Soulignant la relation objective entre les armes stratégiques offensives et défensives, le Président russe a estimé que les ajustements récemment annoncés par les États-Unis dans leur système de défense antimissiles constituaient un pas significatif dans la bonne direction et méritaient une réponse positive de la part de la communauté internationale. 

M. Medvedev a déclaré que son pays était prêt à s’engager dans une discussion approfondie des propositions américaines et des initiatives russes concernant la coopération en ce domaine en vue de conclure des arrangements acceptables.  Il a également espéré que les efforts pour élaborer un nouveau traité sur le désarmement nucléaire seraient pleinement cohérents avec les dispositions pertinentes du document conjoint approuvé par le Président des États-Unis et lui-même au cours de leur entrevue à Moscou. 

« Nous sommes convaincus que d’autres puissances nucléaires devraient se joindre aux efforts de désarmement de nos deux pays », a assuré le Président Medvedev, qui a estimé qu’il n’était pas nécessaire pour cela d’attendre des progrès supplémentaires de la part de la Fédération de Russie et des États-Unis.  Abordant ensuite la situation au Moyen-Orient à la lumière du désarmement, il a rappelé que son pays, en tant que membre du Quatuor, soutenait de longue date les efforts visant à renforcer le régime de non-prolifération dans cette région du monde. 

La Fédération de Russie, a rappelé M. Medvedev, a fait des propositions spécifiques dans le cadre du processus d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) pour rechercher des moyens acceptables de mettre en œuvre les décisions pertinentes de ce Traité.  Tous les pays de la région doivent maintenant s’impliquer dans ce processus afin de parvenir un jour à l’établissement d’une zone exempte d’armes nucléaires.

Évoquant enfin les conflits régionaux, le Président a condamné l’intervention armée de la Géorgie pour résoudre ses problèmes avec l’Ossétie du Sud.  Pour éviter que de telles situations ne se reproduisent, nous devons disposer de mécanismes efficaces pour appliquer « le principe de l’indivisibilité de la sécurité », qui devrait devenir partie intégrante du droit international, a-t-il jugé.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Sergey Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sergey V. Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sergey LAVROV
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vladimir Putin
    Président
  • S.E. M. Sergey V. Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sergey Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sergey V. Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sergey V. Lavrov
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vitaly Churkin
    Représentant permanent auprès de l’ONU