Cabo Verde (République de)

S.E. M. Antonio Pedro Monteiro Lima, Président de la délégation

29 septembre 2009 (64e session)

Cabo Verde
Statement Summary: 

M. ANTONIO PEDRO MONTEIRO LIMA (Cap-Vert) a débuté son propos en exprimant la profonde émotion ressentie par sa délégation après les événements qui se sont produits hier en Guinée.  Des soldats, a-t-il dit, ont ouvert le feu sur des civils.  Il a condamné sans équivoque « cet acte odieux qui entache tout un continent ».  Il a ensuite déclaré que, comme beaucoup de pays d’Afrique, le Cap-Vert était confronté à la question du crime organisé.  Avec les autres pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les Nations Unies, a-t-il poursuivi, nous sommes en train de mettre nos moyens en commun pour affronter ce défi.  Nous allons continuer à accorder une attention particulière à cette menace, a-t-il souligné.  Appelant au lancement d’actions multilatérales pour relever ce défi, M. Pedro Monteiro Lima a rappelé que les Nations Unies, en tant que conscience collective des nations du monde, demeurent l’élément central de leurs actions.

Abordant les questions économiques, le représentant a mis en garde contre la probabilité que les engagements qui ont été pris concernant la mise en œuvre de programmes favorables à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement ne soient pas respectés en raison de la chute brutale des investissements que le monde connait en ce moment.  Les pays à revenu intermédiaire auront besoin d’appuis accrus pour maintenir et augmenter le niveau de l’aide officielle au développement dont ils ont besoin.  La crise, a-t-il dit, exige une modification du système financier mondial.  Les partenaires doivent déployer des efforts en faveur des pays en développement pour éviter une crise humaine sans précédent, a-t-il poursuivi.  Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) le PNB mondial a diminué de 2,5% en 2009.  La croissance des pays en développement, quant à elle a diminué de 5,4% en 2008 et de 1,4% en 2009, ce qui signifie une baisse du revenu moyen par habitant; et donc une augmentation de la pauvreté.

Abordant les questions climatiques, le représentant a noté que le temps n’était plus à la tergiversation, mais à l’action concertée cohérente et systématique.  Le Cap-Vert, a-t-il poursuivi, a adopté une déclaration qui rend claire sa position sur cette question lors du Sommet sur le climat tenu le 22 septembre à New York.  En conclusion, il a réitéré un appel à la communauté internationale afin qu’elle soutienne les besoins spécifiques des états en matière d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Jorge Carlos de Almeida Fonseca
    Président
  • S.E. M. José Ulisses de Pina Correia e Silva
    Premier Ministre
  • S.E. M. Luis Filipe Lopes Tavares
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. José Maria Pereira Neves
    Premier Ministre
  • S.E. M. Fernando Jorge Wahnon Ferreira
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. José Maria Pereira Neves
    Premier Ministre
  • S.E. M. Jorge Carlos De Almeida Fonseca
    Président
  • S.E. M. José Maria Pereira Neves
    Premier Ministre
  • S.E. M. Antonio Pedro Monteiro Lima
    Représentant permanent