Côte D’Ivoire

S.E. M.  Laurent Gbagbo, Président

25 septembre 2009 (64e session)

Côte D’Ivoire
Statement Summary: 

Le Président de la Côte d’Ivoire, M. LAURENT GBAGBO, a rappelé que la date de l’élection présidentielle dans son pays a été fixée au 29 novembre 2009, en affirmant qu’« il n’y avait plus d’obstacle politique à la tenue du scrutin ». Je voudrais, a-t-il ajouté, dire notre volonté à tout mettre en œuvre pour sortir définitivement de la crise par les élections.

Revenant sur la crise énergétique, alimentaire et financière qui a secoué le monde, Laurent Gbagbo a relevé que les plans de sortie de crise qui en ont découlé sont d’ordres différents.  Cela montre, a-t-il dit, qu’il y a des limites au multilatéralisme et que les États conservent leurs prérogatives et prennent leurs responsabilités en matière économique », a déclaré Laurent Gbagbo.

Le Président ivoirien a remarqué que la mobilisation en Afrique et autour de l’Afrique a été timide, comme si le secteur financier africain n’était pas suffisamment intégré au secteur financier international.  Il a insisté sur le fait que c’est pourtant en Afrique que la crise financière est devenue une crise économique, accentuant la fragilité socioéconomique. « Il n y a pas de pays qui sont à l’abri des crises », a soutenu Laurent Gbagbo, appelant à la surveillance du système financier et à la réforme du système monétaire et financier international.

Dans un tel contexte, a-t-il poursuivi, la réforme des Nations Unies est essentielle.  Pour Laurent Gbagbo, la seule voie efficiente d’une paix durable demeure le traitement équitable des conflits au sein d’un Conseil de sécurité réformé, plus démocratique et plus crédible.  En conséquence, a-t-il estimé, il est mieux indiqué de confier la prévention, la gestion et le règlement des conflits locaux aux organisations régionales, voire sous-régionales.

Cette approche, a-t-il insisté, qui a été consacrée en avril 2008 par le Conseil de sécurité gagnerait à être approfondie par une véritable mise à jour du mécanisme de coopération avec les organisations régionales tel que prévu par la Charte de l’ONU.  S’appuyant sur l’expérience de la gestion et du règlement de la crise ivoirienne, le Président a estimé que le dialogue direct à l’ivoirienne offre en effet des pistes de réflexion que pourraient utilement exploiter les Nations Unies.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Daniel Kablan Duncan
    Vice-président
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Claude Stanislas Bouah-Kamon
    Représentant permanent
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Daniel Kablan Duncan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. JEAN-MARIE KACOU GERVAIS
    Ministre des affaires étrangères