Arménie

S.E. M. Edward Nalbandian, Ministre des affaires étrangères

28 septembre 2009 (64e session)

S.E. M.Edward Nalbandian

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. EDWARD NALBANDIAN, Ministre des affaires étrangères de l’Arménie, a souligné, à son tour, que la crise économique avait oblitéré les progrès dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.  Dans le contexte, a-t-il prévenu, ces progrès exigeront des efforts énormes, a-t-il noté.

Le Ministre a promis de travailler au renforcement des capacités institutionnelles des Nations Unies.  Il a jugé que les principes de prévention du génocide et de responsabilité de protéger figuraient parmi les éléments clefs du système global de sécurité humaine.  « En tant que survivants d’un génocide, les Arméniens se félicitent des initiatives pour combattre les attitudes racistes et xénophobes », a-t-il déclaré.

Le Ministre arménien a poursuivi en soulignant l’importance des objectifs de désarmement et de non-prolifération.  Il est inacceptable, a-t-il dit, que des propositions de régler des conflits par la voie militaire soient faites au plus haut niveau, a-t-il dénoncé.  Il s’est félicité que les Présidents et les Ministres des affaires étrangères d’Arménie et d’Azerbaïdjan se rencontrent régulièrement pour discuter des principes d’une résolution globale du conflit qui opposent leur pays.

Le Ministre a tout de même accusé l’Azerbaïdjan de continuer de déformer le problème du « Nagorno-Karabakh », en essayant, comme cela a encore été le cas il y a deux jours à l’Assemblée générale, de passer sous silence les nettoyages ethniques et les violences contre la population civile.  Nous pensons, a dit le Ministre, qu’il existe de sérieuses bases pour le règlement du conflit pour autant que toutes les déclarations signées soient respectées, lesquelles engagent les parties à négocier un règlement pacifique du conflit sur la base des « Principes de Madrid ».

Certains, a-t-il soupçonné, s’efforcent de réduire la notion d’autodétermination des peuples à un principe de second ordre du droit international, inférieur à celui d’intégrité territoriale.  Or, a estimé M. Nalbandian, l’autodétermination est une clause inconditionnelle du droit international.  Concluant par le thème des relations de son pays avec la Turquie, il a affirmé que ce processus, initié par le Président arménien en septembre dernier, promet de porter ses fruits.  « Avec l’aide des médiateurs suisses, nous avons progressé vers l’ouverture de l’une des dernières frontières fermées en Europe et vers la normalisation de nos relations sans précondition », a-t-il précisé.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandian
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandyan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Edward Nalbandyan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandian
    Ministre des affaires étrangères