Afrique du Sud

S.E. M. Jacob Zuma, Président

23 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. JACOB ZUMA, Président de l’Afrique du Sud, a rappelé le rôle important joué par les membres de la communauté internationale et l’Assemblée générale pour mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud.  C’était il y a 20 ans et l’Afrique du Sud restera à jamais reconnaissante à l’égard de la solidarité internationale, a souligné le Président.  L’Afrique du Sud s’est, à cet égard, engagé à son tour auprès de la communauté internationale dans son combat contre la pauvreté et dans sa réponse à la crise économique mondiale, a-t-il poursuivi. 

M. Zuma a estimé que l’ONU était l’organe essentiel qui devait jouer un rôle significatif pour mettre fin à cette crise.  Elle ne doit pas, selon lui, être une excuse aux retards pris dans la réalisation des OMD.  Par ailleurs, le Président a estimé que la crise avait mis en lumière la nécessité de réformer les institutions telles que celles de Bretton Woods.  Ces institutions ne reflètent toujours pas le paysage international, depuis leur formation il y a un siècle, a-t-il poursuivi. 

Le Président de l’Afrique du Sud a estimé qu’au cours des 20 dernières années, l’Afrique avait fait des progrès considérables pour mettre fin aux conflits et promouvoir les pratiques et les institutions démocratiques.  Toutefois, plusieurs conflits persistent, a déploré M. Zuma.  Il a rappelé la nécessité de réaffirmer constamment les droits inaliénables de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes.  Alors que la première décennie du XXIe siècle s’achève, il a regretté que certaines nations soient toujours sous le joug de l’occupation et que les peuples soient oppressés. 

M. Zuma a souhaité que la question du Sahara occidental soit résolue, qu’Israël et la Palestine coexistent pacifiquement et qu’un terme soit mis à l’embargo économique, commercial et financier sur Cuba.  Il a aussi mis en garde contre les conséquences dramatiques des changements climatiques en Afrique qui mettent en péril les efforts pour éradiquer la pauvreté. 

Nous devons prendre des décisions dès à présent pour s’assurer qu’un accord mondial et juste soit trouvé pour relever ces défis.  La solution au problème climatique ne peut être séparée d’une bataille pour éradiquer la pauvreté, a dit M. Zuma en appuyant la réforme de l’ONU.


Source

Déclaration

Sessions précédentes