Éthiopie

S.E. M. Seyoum Mesfin, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2009 (64e session)

Ethiopia
Statement Summary: 

M. ATO SEYOUN MESFIN, Ministre des affaires étrangères de l’Éthiopie, a commencé par se féliciter de la joie de jouir de la démocratie dans le pays depuis qu’il y a 18 ans, le peuple s’est débarrassé d’une dictature militaire d’une cruauté sans précédent.  Depuis 18 ans, a-t-il poursuivi, nous avons tout rebâti depuis la base, dans tous les domaines sans exception.  Quoi qu’en disent nos détracteurs, a-t-il dit, l’Éthiopie est désormais un pays d’avenir et d’espoir.

Revenant sur les défis qui restent à relever, le Ministre des affaires étrangères a d’abord cité la question de la paix et de la sécurité dans la corne de l’Afrique.  Il a affirmé qu’il est temps de renoncer à la « fiction » selon laquelle la crise en Somalie ne serait qu’une guerre entre Somaliens.  La Somalie, a-t-il affirmé, est prise en otage par des forces étrangères qui n’ont aucune honte à affirmer que leur projet n’a rien à voir avec la Somalie.  Leur ambition, a-t-il dit, va bien au-delà de la Somalie et ils le proclament « haut et fort ». 

Aujourd’hui en Somalie, a-t-il poursuivi, on voit une plus grande coordination et une plus grande coopération chez ceux qui aident les extrémistes que chez ceux qui professent leur appui au Gouvernement fédéral de transition.  Prenant l’exemple de l’attaque récente contre la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), il a regretté que leurs auteurs s’en tirent aussi bien.  La communauté internationale, a-t-il accusé, se montre avare même de mesures symboliques pour montrer sa détermination face aux extrémistes.  Malgré les appels incessants des chefs d’État d’Afrique et des pays de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le Conseil de sécurité ne considère toujours pas la Somalie comme une priorité.

Ce qui manque, a dit constaté le Ministre, c’est « la volonté politique ».  Quiconque connaît la Somalie sait q’Al-Shabaab n’y est pas populaire.  Il est urgent, a-t-il prévenu, que la communauté internationale se lève avant que la Somalie ne soit totalement envahie par les extrémistes.

Comme autre défi à relever, le Ministre s’est félicité que l’Afrique se soit montrée novatrice en décidant d’être représentée aux négociations de la Conférence de Copenhague par une seule équipe, celle de l’Éthiopie qui sera conduite par le Premier Ministre lui-même.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Workineh Gebeyehu Negewo
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Hailemariam Desalegn
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam Dessalegn
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam Dessalegn
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam DESSALEGN
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam Dessalegn
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam Desalegn
    Premier Ministre
  • S.E. M. Hailemariam Desalegn
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Seyoum Mesfin
    Ministre des affaires étrangères