Mongolia

H.E. Mr. Elbegdorj Tsakhia, President

21 September 2011 (66th Session)

Statement:
H.E. Mr.Elbegdorj Tsakhia

UN Photo / Download

Statement Summary: 

Aujourd’hui, la communauté internationale se trouve dans une période d’incertitudes, a déclaré M. ELBEGDORJ TSAKHIA, Président de la Mongolie, notamment en raison des inégalités face à la reprise économique et de leurs répercussions sociales, ainsi que des catastrophes naturelles et des défis sans précédents causés par les changements climatiques.  Le fait que plus d’un milliard d’êtres humains continuent de souffrir de la faim est extrêmement préoccupant et la réalisation des OMD est mise en péril par la crise économique et financière mondiale, a-t-il souligné.  Dans un contexte mondialisé, ces défis requièrent des solutions collectives, a-t-il estimé, rappelant que cela passe par un renforcement du rôle et du statut des Nations Unies, y compris du Conseil économique et social (ECOSOC), et par l’établissement d’un calendrier post-2015 pour les OMD qui prenne en compte les vulnérabilités des pays enclavés, des pays les moins avancés et de ceux exposés à la désertification et aux changements climatiques.  M. Tsakhia a fait remarquer qu’un sixième des pays Membres de l’ONU étaient des pays enclavés en développement.  L’éloignement des marchés mondiaux et les coûts importants des transports sont un obstacle majeur de leur développement, a-t-il expliqué, appelant toutes les parties à signer l’accord multilatéral établissant la création d’un « think-tank » international consacré à ces pays afin de renforcer la coopération dans la mise en œuvre du Programme d’action d’Almaty.  La Mongolie a les moyens de réaliser 66% des OMD à l’horizon 2015, a-t-il assuré, tout en attirant l’attention sur le fléau de l’alcoolisme qui touche le pays.

 

Évoquant le « printemps arabe », le Président de la Mongolie a souligné que la révolution pour la liberté n’est pas le changement social le plus difficile à faire.  Construire et développer une société libre, ouverte, juste et civique est encore plus compliqué, a-t-il averti.  Depuis juillet cette année, la Mongolie assure la présidence de la Communauté des démocraties, forte de son expérience acquise ces 20 dernières années vers la bonne gouvernance et la liberté.  C’est à juste titre que nous sommes fiers de nos réussites, a-t-il dit, tout en reconnaissant qu’il restait beaucoup à faire avant que chaque citoyen puisse apprécier les valeurs démocratiques.  Appelant la communauté internationale à soutenir les révolutions arabes, il a néanmoins rappelé que démocratisation ne signifiait pas occidentalisation.  Il a aussi rappelé que le colonel Qadhafi avait qualifié ses compatriotes de « rats » et appelé à les chasser et à les exterminer.  Maintenant, c’est lui qui est traqué comme un rat et c’est là le destin de quiconque s’oppose à l’amour du peuple pour la liberté et son désir de vivre dans la dignité, a-t-il dit.  Il a de même appelé la communauté internationale à condamner les violations commises par le régime en Syrie.  Le Président de la Mongolie a aussi souhaité un renforcement des capacités de l’ONU en termes de médiation des conflits, appuyé par un mécanisme formel pour renforcer la coopération régionale en Asie du Nord-Est.  M. Tsakhia a enfin rappelé que la Mongolie était un pays exempt d’armes nucléaires et a averti qu’il s’opposerait à tout dépôt de déchets nucléaires sur son territoire.  Après avoir rappelé la contribution en troupes de la Mongolie à plusieurs opérations de maintien de la paix dans le monde, le Président a annoncé que son pays était candidat à un siège non permanent au Conseil de sécurité pour la session 2023-2024.